Rencontre avec Jean-Pierre Andrevon

Plus grand
 
   C'est lui ! Il est sur son balcon, tranquille comme Baptiste. Putain... je suis impressionné. Qu'est-ce que je vais bien trouver à lui demander ? Ah, oui, Grenoble...
   « JPA, tu n'as jamais eu envie de vivre ailleurs qu'à Grenoble ? Pourquoi ?
    Qu'est-ce que j'en sais ? J'y suis né, j'y suis resté, n'ayant pas eu d'autre alternative plus gouleyante ( que je n'ai pas cherchée d'ailleurs ). Je suis un être extraordinairement passif. J'ajoute que je vis depuis maintenant depuis 36 ans dans une grande et vieille maison délabrée, à dix minutes du centre ville, mais dans la nature néanmoins, à flanc de colline ( je t'enverrai des photos si tu veux ). Mon seul souci est qu'un jour où l'autre, à la mort de la proprio, vieille, elle risque d'être vendue, alors je ne sais pas ce que je ferai. Paris ou la Guadeloupe ? » 
Plus grand
  
   « Heu... T'as combien de chats, là ? J'en compte cinq. Sont-ce tes chats ou des chats de passage ? Tu aimes les chats, JPA ? C'est vrai que le chat est souvent le compagnon de l'écrivain...
    Ce sont bien les miens. Hélas, la Minette rayée, Moustique, est morte en octobre dernier, un an déjà, et je n'en ai plus que 4. On m'a donné mon premier chat alors que j'avais 5 ou 6 ans. Depuis, j'en ai presque toujours eu. C'est un compagnon indispensable. Toute la grâce et la liberté du monde. Et la discrétion. Et puis l'amour ne s'explique pas. Si je devais m'exiler sur une île déserte et que je doive choisir entre une femme ( ou plusieurs) et un chat ( ou plusieurs), j'hésiterais... Mais j'aime le monde animal dans son entier, bien sûr. »

Plus grand

   Ca y est ! Il nous la joue, avec ses airs de grand séducteur... C'est vrai qu'il est pas mal. Il ressemble à Léo Ferré. Serait-il devenu anar ?
   « Tu dois être redoutable avec les femmes. Tu me fais penser à Léo Ferré. Aimes-tu Léo ? Aimes-tu Léotard ? Ou aimes-tu Léo, tard ?
    Ce sont les femmes qui sont redoutables avec moi. J'ai beaucoup aimé, beaucoup pleuré aussi. Tête ou pas tête, tes références ne sont pas vraiment les miennes. Je ne suis ni un fêtard, ni un nocturne, ni un buveur. Plutôt un ours, un loup, oui, un écorché, un râleur. Je préfère Jacques Brel. »
Plus grand !

    Il est dans son salon, Andrevon... Et il bosse.
   « Tu fais quoi ? On dirait une immense BD...
    C'est une grande toile faisant partie d'une exposition en plein air ayant eu lieu cet été dans le parc du château de Vizille ( le plus beau de la région, sur lequel j'avais fait mon diplôme de sortie des Beaux Arts ). J'ai peint ledit château à la manière d'un fragment de bande dessinée style ligne claire. »

 

Plus grand
   « JPA, tu lèves les bras au ciel. On dirait que tu as réussi ton coup ! Et cette nana, à gauche, c'est qui ? Tu pourrais pas me la présenter ?
    C'est ma fille, tout simplement : Fabienne.
    Oups... Si on passait à l'interview sérieuse ?
    Ben dis-donc, qu'est-ce que ça va être ! On m'envoie ( Nicot dixit ) mes exemplaires du GALAXIES-Andrevon demain. Il y aussi une interview. Ça commence à virer au culte de la personnalité, tout ça. Ma modestie proverbiale va en pâtir... »

Propos recueillis par JPP (Octobre 2004)

Retour au 42

Vers ARCHIVES
>