Pierre Versins

© Georges Pierru, 2000

DÉCÈS DE PIERRE VERSINS (1923-2001)

  Pierre Versins est décédé ce matin à 9h20 à l'hôpital d'Avignon où il était soigné pour une bronchite chronique. Pierre est mort paisiblement dans son sommeil.


    De son vrai nom Jacques Chanson, il était né le 12 janvier 1923, avait passé son enfance et fait ses études en Avignon où, de son propre aveu, il était revenu finir ses jours. Il avait prévu de mourir centenaire peut-être parce que certains avaient fait paraître un peu trop tôt l'annonce de sa mort et que son humour triomphait toujours de ses ennuis de santé.
   Ancien déporté d'Auschwitz dont il avait gardé les stigmates, il avait commencé à écrire dans les années cinquante en publiant des nouvelles dans la revue "Fiction" et des romans aux Éditions Métal dans une verve satirique toujours très engagée. 
  Son influence au cur de la science-fiction d'expression française était devenue immense très rapidement.
  Il avait réuni autour de lui tout ce que comptait d'important la science-fiction tant francaise qu'étrangère. Il était devenu en 1971 sur le plan mondial le premier encyclopédiste de ce genre en publiant L'ENCYCLOPÉDIE DE L'UTOPIE ET DE LA SCIENCE-FICTION. Son encyclopédie figure en bonne place dans toutes les bonnes bibliothèques de France et de Navarre.
  
  Doué d'une activité impressionnante il avait fondé la première revue fanique en 1956. "Ailleurs" reste la revue la plus renommée au cur du Fandom.
  L'année passée, il avait été l'un des invités les plus remarqué de la Convention de science-fiction qui s'était déroulée dans le Vaucluse, à L'Isle-sur-la-Sorgue.
  En 1975, il était devenu conservateur du Musée de l'Ailleurs à Yverdon (Suisse) qu'il avait géré pendant cinq ans et avait fait don à cette municipalité de l'immense documentation qu'il avait accumulée pour constituer son encyclopédie.
  
   Pierre nous a quittés ce matin, mais son humour et son savoir sont encore là pour nous dire que s'il ne recherchait pas les honneurs, il n'en n'était pas moins l'un de ses immortels qui avaient influencé le cours de l'humanité.

 
Charles Moreau (Le 19/04/2001)

Retour à la page précédente