La nouvelle



   « Tu ne devrais pas perdre ton temps avec tout ça ! Vis ! »
   Betsy Loop vit, elle. Betsy Loop n’aime pas perdre son temps. Elle est toute de spontanéité, d’immédiateté. Toute de vie. Pendant que je lève les yeux vers elle, elle a déjà changé deux fois de place, de position, d’attitude. Ses bras nus jaillissent de la blouse rose, pimpante, et ses jambes fuselées de la culotte bleu électrique. Elle me lance un de ses sourires rigolos, désarmants, et ouvre les paumes vers le ciel. Comment ne pas lui sourire à mon tour ?
   « Mais quand même, c’est important, tu comprends ? Tout se passe comme si nous étions tous devenus amnésiques, collectivement. Tu trouves ça normal ? »
   Elle esquisse trois pas de danse, volte dans un saut gracieux. « Et alors ? Je ne trouve pas ça important, moi ! »
   Je referme le livre, découragé. Après tout, c’est sans doute elle qui a raison. Est-ce tellement important, d’où nous venons ? Est-ce tellement important que nous soyons les descendants des poissons, et que soit démontrée l’imposture des prêtres ? Je ne crois plus au dogme de l’arche qui aurait amené ici l’Eve et l’Adam, et tous les animaux du ciel, des eaux et de la terre. Je ne crois plus à cette fable de l’arche d’acier ni des ancêtres venus des étoiles !
   Betsy Loop me sourit, virevolte, les ombres colorées se réunissent en bouquet mouvant aux ciseaux de ses pieds. Qu’importe le savoir ? Je crois que je l’aime encore plus chaque jour.
   Le soleil triple descend vers l’horizon. La nuit sera la nôtre.

FIN


© Pierre Gévart. Reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur.

 
 

Nouvelles
Nouvelles sans importance...

06/10/12